De l’eau dans le gaz entre Doha et l’UE ? La relation s’annonce « plus difficile ». Mais la tension diplomatique ne devrait pas avoir d’impact significatif sur les contrats de GNL : le vendeur a besoin de son client, et réciproquement.

Lire la suite dans Le Soir