Une commission d’enquête sur les soupçons de corruption au Parlement européen par le Qatar sera bien créée, comme l’ont voté les députés européens le 15 décembre. Pourtant, quelques jours plus tard, plusieurs publications sur Twitter ont déclaré qu’une majorité d’entre eux avait voté contre sa mise en place. En réalité, ces députés ont uniquement rejeté un amendement du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) qui demandait la création “immédiate” d’une telle commission. Un amendement contraire au Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, comme l’ont indiqué le service de presse du Parlement européen et l’ONG Transparency International à l’AFP. En revanche, une commission sera bien créée “à l’issue des enquêtes pénales et des éventuelles procédures judiciaires”, comme le décrit la résolution du Parlement du 15 décembre.

Lire la suite sur AFP